Intégration et PNA

Coup d’œil sur l’intégration et la planification nationale de l’adaptation (PNA)

Qu’est-ce que le processus de planification nationale de l’adaptation ?

 

Le changement climatique et ses impacts sont des phénomènes à long terme. Pour relever efficacement les défis qui en découlent, les stratégies d’adaptation au changement climatique doivent inclure des approches à moyen et long terme. Dans ce contexte, le processus de planification nationale de l’adaptation (PNA) a été établi en 2010 comme une composante du Cadre d’adaptation de Cancún afin de compléter les programmes d’action nationaux d’adaptation (PANA) à court terme déjà en place. Le processus de planification nationale de l’adaptation est conçu pour aider tous les pays en développement, en particulier les pays les moins avancés (PMA), à répondre à leurs besoins d’adaptation à moyen et à long terme.

Des fiches de synthèse en anglais et en français donnent un aperçu général du processus de planification nationale de l’adaptation.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le portail internet de la CCNUCC dédié à la PNA, ainsi que la plate-forme de support « NAP Central ». Celle-ci contient une version interactive des directives techniques élaborées par le groupe d’experts des pays les moins avancés (GEPMA).

 

 

 

 

Pourquoi faire des plans nationaux d’adaptation?

 

Les plans nationaux d’adaptation visent à réduire la vulnérabilité, à renforcer les capacités d’adaptation et à intégrer l’adaptation au changement climatique dans tous les plans de développement sectoriels et généraux. Le processus de planification nationale de l’adaptation peut être un outil puissant pour faire évoluer les procédures de formulation des politiques et faciliter le changement de paradigme vers un développement résilient au climat.

 

 

 

 

À quoi ressemble l'appui à la planification nationale de l'adaptation (PNA) ?

 

Lors de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) à Durban en décembre 2011, les agences bilatérales et multilatérales ont été invitées à soutenir le processus de PNA et à établir des programmes d’appui. Ce soutien peut revêtir diverses formes, telles que des directives techniques, des ateliers, des réunions d’experts et des échanges régionaux. En décembre 2012, le groupe d’experts des pays les moins avancés (GEPMA) a publié les ui détaillent le processus depuis le lancement jusqu’à la mise en œuvre et le suivi. Les lignes directrices constituent un bon cadre pour mener à bien le processus de PNA, mais il est toutefois nécessaire de disposer d’outils spécifiques pour franchir les différentes étapes et accomplir les activités requises.

L’appui à la planification nationale de l’adaptation peut prendre diverses formes, telles que des conseils techniques, le transfert de connaissances, le soutien financier et les échanges régionaux ou virtuels. En apportant un soutien, il est important de reconnaître la nature modulable du processus ainsi que son caractère national (c’est à dire que la PNA est pilotée par le pays). En effet, il incombe à chaque pays de décider, en fonction de ses besoins individuels, des étapes et des activités contenues dans les directives techniques de déterminer la chronologie et d’introduire de nouveaux aspects et de nouvelles étapes dans le processus.

 

 

 

 

Comment la GIZ soutient-elle la PNA ?

 

La GIZ propose aux pays de nombreux outils pour les aider à appliquer les directives techniques pour le processus de PNA. Cette fiche d’information en anglais apporte une vue d’ensemble des dispositifs de soutien de la GIZ.

Deux documents ont spécifiquement été développés pour soutenir les pays dans leur processus de PNA :

  • NAP Align est un document sur l’harmonisation du processus de plans nationaux d’adaptation avec les procédures de planification du développement et de budgétisation d’un pays. Il donne des recommandations pratiques sur la manière d’intégrer l’adaptation au changement climatique dans le système de planification et de budgétisation d’un pays. Voir la fiche d’information en anglais et en français.
  • L’outil d‘Etat des lieux de la planification nationale de l’adaptation (SNAP) aide à évaluer les capacités nationales actuelles de planification de l’adaptation d’un pays et à identifier les objectifs stratégiques des plans nationaux d’adaptation qui alimentent la préparation d’une feuille de route spécifique à un pays (voir la fiche d’information SNAP en anglais et en français). L’outil SNAP est l’un des outils les plus utilisés dans la panoplie d’instruments développés par la GIZ. La publication intitulée « Etat des lieux de la planification nationale de l’adaptation – Évaluation de la capacité de mise en œuvre des CDN» souligne l’utilité de cet outil et fait ressortir les résultats de son utilisation dans différentes zones géographiques à l’échelle nationale et infranationale (voir la publication en anglais).

La GIZ coopère également avec le Programme mondial d’appui aux PNA (NAP – GSP) financé par le FEM/Fonds pour les pays les moins avancés afin d’appuyer ces pays dans l’élaboration de leur plan national d’adaptation. Outre les missions consultatives conjointes, la GIZ a coopéré avec le PNUD et l’UNITAR, organisations partenaires du programme mondial d’appui à la PNA, à l’élaboration d’un programme de formation au niveau national. Si vous souhaitez obtenir de plus amples détails sur la formation à la PNA au niveau des pays, veuillez consulter cette fiche d’information.

 

 

 

 

 

Qu'est-ce que l'intégration de l'adaptation?

 

Dans le concept d’intégration de l’adaptation, il s’agit d’inclure systématiquement le risque climatique et les considérations d’adaptation dans les processus réguliers de prise de décision et de planification au lieu de ne mettre en œuvre que des mesures d’adaptation « indépendantes ». Cela peut se faire à différents niveaux (international, national, infranational, sectoriel et au niveau des projets).

 

 

 

 

Pourquoi intégrer l'adaptation?

 

L’objectif principal est de réduire les risques climatiques ou de vérifier si une décision doit être modifiée en raison de l’évolution du climat. Cela est nécessaire parce qu’en tenant compte du changement climatique dans la planification et la prise de décision concernant les investissements, nous pouvons éviter certains coûts et certains impacts destructeurs du changement climatique.

 

 

 

 

Quels sont les différents points d'entrée pour l'intégration de l'adaptation?

 

 

Le concept d’intégration de l’adaptation peut s’appliquer à un large éventail de contextes décisionnels comme les décisions gouvernementales en matière d’investissement dans les infrastructures, les stratégies sectorielles provinciales ou les plans de développement communautaire. Le processus décisionnel lui-même détermine où intégrer au mieux les considérations d’adaptation (ce que l’on appelle les « meilleurs points d’entrée »).

 

 

 

 

Comment intégrer l'adaptation?

 

En fonction des points d’entrée, l’intégration de l’adaptation peut être liée, par exemple, à la planification, aux évaluations, aux questions de financement, à la formation, aux campagnes de sensibilisation, etc. Compte tenu de ce champ d’application, il n’existe évidemment pas de méthode unique, mais plutôt une multitude de méthodes et d’approches différentes. L’intégration peut par exemple se traduire par l’inclusion d’experts en adaptation dans les organes de planification, par la mise en place d’un mécanisme obligatoire de vérification des éléments climatiques ou par l’adoption d’approches participatives de la planification.

Quel que soit l’endroit où l’intégration de l’adaptation est réalisée, cette approche implique toujours un processus de changement institutionnel.

 

 

 

 

Quelles sont les principales leçons tirées de la pratique?

 

Les exemples montrent que l’utilisation d’outils méthodiques facilement compréhensibles facilite l’intégration. En même temps il faut assurer un niveau suffisant de flexibilité pour faire face aux différents enjeux d’intégration. Le processus de mise en place de l’intégration de l’adaptation au sein d’une institution et la participation de ceux qui sont chargés de prendre des décisions en meilleure connaissance de cause sont deux éléments indispensables. L’adhésion des décideurs de haut niveau peut se révéler être d’un grand soutien. Il est possible de tirer des conclusions de situations concrètes à partir d’un grand nombre de cas passés dans lesquels l’intégration de l’adaptation a été mise en œuvre.

 

 

 

 

Où peut-on obtenir plus d'information?

 

Il existe une multitude de directives et de descriptions d’outils sur l’intégration de l’adaptation dans différentes conditions. Vous pouvez vous reporter aux sections lectures complémentaires,  outils et matériel de formation pour consulter ces documents.