• Anglais
  • Français

PNA & CDN

Harmonisation des PNA et des
CDN pour une action
cohérente d’adaptation
au changement
climatique

Les contributions déterminées au niveau national (CDN) expriment la contribution d’un pays à la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris. Le processus des plans nationaux d’adaptation (PNA) peut aider à identifier les objectifs d’adaptation des CDN et à les traduire en actions. Les deux processus sont complémentaires et, dans l’idéal, il faudrait les harmoniser pour renforcer l’adaptation nationale au changement climatique.

Le processus des plans nationaux d’adaptation (PNA) est un processus piloté par les pays, dans le cadre duquel les gouvernements nationaux analysent les risques climatiques actuels et futurs et réfléchissent avec les parties prenantes à la façon d’aborder ces risques. Il constitue une base permettant aux pays d’identifier et de prioriser les options d’adaptation à moyen et long terme et de les mettre en œuvre selon des stratégies adaptées. Créé en 2010 par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) conformément au Cadre de Cancún pour l’adaptation, le processus PNA complète les programmes d’action nationaux d’adaptation (PANA) à court terme en offrant une approche systématique permettant de planifier l’adaptation au niveau national. Le processus PNA peut inclure la formulation d’un document (le document PNA), mais en tant que processus, il inclut également l’engagement des parties prenantes, la coordination permanente des politiques et le renforcement des capacités. Le processus PNA est mentionné dans l’Accord de Paris comme un moyen à la disposition de tous les pays, alors que ses lignes directrices techniques initiales de 2012 ont été spécialement conçues pour les pays les moins avancés (PMA).

Les expressions « planification nationale de l’adaptation » et « processus PNA » sont souvent synonymes.

Une vue d’ensemble des PNA est donnée dans cette section FAQ (questions fréquemment posées) du Réseau mondial de PNA.

Pour plus de renseignements sur le processus PNA, se reporter au portail PNA de la CCNUCC et à la plateforme d’aide NAP Central.

Le processus PNA vise à réduire la vulnérabilité, renforcer la capacité d’adaptation et intégrer l’adaptation au changement climatique dans les processus généraux et sectoriels de planification du développement, y compris le suivi des progrès. On peut l’utiliser pour coordonner la planification et les mesures d’adaptation entre les ministères et les autres acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux, et pour faciliter la mise en œuvre des actions d’adaptation pour un développement résilient au climat.

En 2012, le Groupe d’experts des pays les moins avancés (LEG) de la CCNUCC a publié les lignes directrices techniques des PNA qui définissent les étapes clés du processus. Divers documents complémentaires présentent de manière plus approfondie les étapes spécifiques du processus PNA.

Dans le cadre de son soutien aux PNA, la GIZ collabore étroitement avec différents acteurs, par exemple le Réseau mondial de PNA et le programme d’appui global des PNA (PAG-PNA). Tous deux soutiennent les pays en développement (dans le cas du PAG-PNA, plus particulièrement les PMA) pour faire progresser leurs processus PNA.

Dans ce contexte, les outils suivants sont importants pour le processus PNA :

Les parties à la CCNUCC ont convenu de communiquer les contributions prévues déterminées au niveau national (CPDN) en préparation de la 21e Conférence des parties (COP21) à Paris. Ces CPDN décrivaient les contributions prévues par les parties pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Plusieurs pays ont également inclus l’adaptation dans leurs contributions.
À moins que certains pays aient choisi de modifier leurs CPDN avant de ratifier l’Accord de Paris, ces documents sont devenus leurs premières contributions déterminées au niveau national (CDN). Au 25 mars 2020, 175 CDN avaient été soumises. 131 incluaient l’adaptation et 57 faisaient spécifiquement référence au processus PNA. Ces chiffres sont fournis par notre outil d’évaluation de l’adaptation dans les CDN (TAAN) qui fournit régulièrement des informations actualisées sur les mesures d’adaptation prévues dans les CDN soumises.

Les CDN nouvelles ou actualisées sont soumises tous les cinq ans (2020, 2025, 2030, etc.) au secrétariat de la CCNUCC ; elles fixent, à chaque fois, des objectifs plus ambitieux que la fois précédente en matière d’action climatique.

Conformément à l’article 7.9 de l’Accord de Paris, toutes les parties s’engagent, s’il y a lieu, dans des processus de planification de l’adaptation.

Par ailleurs, elles doivent périodiquement envoyer une communication sur l’adaptation au secrétariat de la CCNUCC, comme partie intégrante ou avec d’autres documents tels qu’un PNA, une CDN et/ou une communication nationale. Dans les pays où l’adaptation est incluse dans la CDN, elle doit être harmonisée avec le processus PNA pour éviter toute duplication et assurer une mise en œuvre cohérente. Alors que pour un pays, la CDN est un engagement et peut définir des objectifs d’adaptation (le « quoi »), le processus PNA est un processus de planification nationale qui peut définir « comment » les objectifs d’adaptation de la CDN peuvent être mis en œuvre.

Le diagramme suivant illustre l’interdépendance entre les PNA et les CDN.

Le processus PNA est une approche itérative comprenant quatre éléments (voir les lignes directrices techniques publiées par le Groupe d’experts des pays les moins avancés (LEG)). Il peut être adapté à des conjonctures nationales particulières et peut faciliter la mise en œuvre et les futures itérations des objectifs d’adaptation des CDN. Par exemple, le travail de préparation pour le processus PNA (élément A) et les éléments préparatoires (élément B) peuvent prendre les objectifs et les priorités des CDN comme point de départ ou contribuer à les renseigner pour les mises à jour successives des CDN. Par ailleurs, les co-avantages et les synergies identifiés en matière d’adaptation et d’atténuation peuvent être un moyen de soutenir une approche plus stratégique et plus efficace d’accès au financement climatique et à sa mobilisation pour la mise en œuvre des CDN et du processus PNA. Ces liens sont également examinés dans une étude de la GIZ sur le rôle du processus PNA dans la traduction des objectifs d’adaptation des CDN en actions (The Role of the NAP Process in Translating NDC Adaptation Goals into Action).

L’harmonisation du processus PNA et des CDN peut accélérer l’amélioration de l’action d’adaptation :

  1. Le processus PNA peut éclairer les éventuelles itérations futures des objectifs d’adaptation des CDN ainsi que la manière dont ces objectifs sont mis en œuvre.
  2. Les CDN peuvent donner une vision globale et constituer un cadre pour le processus PNA.
  3. Les composantes d’adaptation des CDN améliorent la visibilité du PNA et accroissent le soutien politique à l’adaptation.
  4. L’établissement d’un lien entre le processus PNA et l’élaboration des futures CDN peut faciliter l’identification des co-bénéfices de l’adaptation et de l’atténuation.
  5. Lorsqu’il est intégré dans la planification nationale du développement durable, le processus PNA peut faciliter l’harmonisation des CDN avec des objectifs de développement durable plus larges, ainsi qu’avec d’autres programmes tels que le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe et la Convention sur la diversité biologique.
  6. La mise en place de structures de gouvernance cohérentes au niveau national grâce à l’établissement d’un lien entre les processus PNA et les CDN peut contribuer à éviter la duplication des efforts et à utiliser efficacement des ressources limitées.
  7. L’établissement d’un lien entre le processus PNA et la mise en œuvre des CDN facilite l’accès au financement, à la technologie et au renforcement des capacités d’adaptation.
  8. L’harmonisation des processus PNA et CDN peut aider à uniformiser les cadres de transparence des pays.

L’harmonisation de ces deux processus a donc d’importantes implications pour la gouvernance et la coordination des politiques nationales en matière de changement climatique. Elle permet d’uniformiser le cadre de transparence d’un pays et peut faciliter la préparation des rapports relatifs à l’adaptation destinés à la CCNUCC. Elle peut également favoriser la cohérence générale avec les objectifs de développement durable et d’autres programmes, tels que le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe et la Convention sur la diversité biologique. Toutefois, pour une action climatique réellement ambitieuse, il reste essentiel d’adopter une approche globale reconnaissant explicitement les liens d’interdépendance entre l’adaptation et l’atténuation, qui sont favorisés par l’harmonisation des processus CDN et PNA et la prise en compte d’autres programmes.

Des informations supplémentaires sur le processus PNA sont également disponibles dans Intégration et PAN et sur le site NAP Global Network (Réseau mondial de PNA). D’autres informations sur les CDN sont disponibles sur le site NDC Partnership (partenariat CDN).

Ce sommaire d’harmonisation donne un aperçu utile de l’harmonisation des CDN et des PNA.